A l'écoute de la nature

Depuis la création du potager du Plessis, nous avons à cœur de produire des fruits et légumes sains et qui respectent leur environnement.
Cela passe par une meilleure compréhension du monde végétal, par une réduction des produits phyto-sanitaires, par une observation de la faune et la flore présente sur chaque parcelle, par une formation constante aux nouvelles méthodes de travail plus respectueuse de notre environnement. (Certaines de nos pratiques sont issues de l'agriculture biologique).

Pour ce faire nous avons mis en place un certain nombre de mesures pour nous permettre de travailler plus en accord avec la nature.

En voici quelques exemples :


Dans le verger :

Nichoirs à chauves souris :
A la création du verger, nous avons installé des nichoirs pour favoriser le gîte des chauves souris, grands consommateurs d'insectes.

Les thyphlodromes :
Les thyphlodromes sont des araignées prédatrices de l'acarien du pommier. Depuis leur implantation nous ne sommes pas intervenu chimiquement pour lutter contre les acariens. Les thyphlodromes font le travail.

La confusion sexuelle :
Le principe de la confusion sexuelle consiste à réduire les ravages de la larve du carpocapse qui attaque les fruits mais également les arbres. Le carpocapse est un papillon qui vit la nuit. Nous mettons dans les arbres des scoubidous rouges qui dégagent une phéromone, odeur produite par la femelle pour attirer le mâle jusqu'à elle et permettre la reproduction. Les mâles se trouvent perdus par les signaux trop nombreux ; désorientés ils s'en vont féconder leurs femelles ailleurs. Grâce à ce procéder nous n'intervenons plus chimiquement pour lutter contre le carpocapse.

Dans le potager :

L'utilisation de plastiques biodégradables :
Lors de la mise en place de nos cultures annuelles (tomates, aubergines, cornichons,…) nous utilisons du plastique biodégradable.
- Cela limite l'évaporation de l'eau que l'on apporte par goutte à goutte.
- Cela réduit le développement des mauvaises herbes et donc l'utilisation d'herbicide
- Cela permet un réchauffement du sol plus rapide en début de saison


Le paillage des passes pieds :
Entre les rangs des cultures (tomates, courgettes, aubergines, poivrons, ...) nous mettons de la paille. Et cela pour les raisons suivantes.
- Cela limite le développement des mauvaises herbes.
- Cela réduit l'évaporation de l'eau du sol.
- Cela permet de ne pas marcher dans la boue lorsqu'il a plu.
- Cela apporte de la matière organique au sol qui améliore la structure du sol.

Les jachères fleuries :
Depuis maintenant 2 ans, nous semons des bandes de jachères fleuries dans la cueillette. L'objectif est d'accueillir une faune d'auxiliaire comme les coccinelles, qui nous aide à lutter contre les parasites comme les pucerons. Le bosquet au milieu de la cueillette joue le même rôle.

Engrais vert et fumiers :
Nous apportons chaque année du compost végétal. Le compost permet une amélioration lente mais durable de la qualité du sol de notre cueillette. Chaque année, nous voyons la population de vers de terre augmentée. C'est un bon indicateur de la qualité d'un sol.

Ruches :
Sur la cueillette, le travail des abeilles est très important car il permet la pollinisation des fleurs. Sans l'intervention des abeilles et autres insectes pollinisateurs il n'y aurait pas de fruits sur la cueillette. C'est pourquoi nous avons demandé à M. Delorme, apiculteur de seine et marne, de placer des ruches dans la cueillette (elles se trouvent derrière le verger). Grâce à cela, nous avons une bonne pollinisation sur la cueillette mais également du très bon miel. Pour que la pollinisation se fasse dans les serres nous implantons des essaims de bourdons.







L'eau :

La récupération de l'eau :
En 2009, nous avons réalisé un bassin dans lequel nous récupérons les eaux de pluie. La principale source d'arrosage de la cueillette est l'eau de pluie et nous complétons avec les eaux de pluie récupérer dans le bassin. Par ce procédé nous limitons l'utilisation d'eau de nos sous sols.

Le goutte à goutte :
Dès qu'il nous est possible de les mettre en place, nous installons des lignes de goutte à goutte. Vous pouvez les observer sur les tomates, les aubergines, les fleurs mais également sur les framboises, les pommiers, cerisiers, groseilliers et pleins d'autres encore. Cela nous permet d'apporter de l'eau uniquement à la plante que nous cultivons. Cela nous permet de réduire considérablement la quantité d'eau utilisée.









Tout droit réservé 2009 - www.cueilletteduplessis.com - La cueillette du Plessis - -